Divorce entre le gouvernement et les enseignants ?

greve_ensaignents

Le gouvernement est-il en train de ressortir enfin un plan B face aux exigences démesurées des enseignants ? Sans être dans le secret des dieux, il est clair que la correspondance de la directrice nationale de l’enseignement normal est révélatrice d’un changement de cap. Selon plusieurs sources proches du dossier, la patience du gouvernement Soumeylou Boubèye a atteint ses limites. Instruction aurait été donnée aux différents Ministres en charge du dossier d’arrêter tout contact avec les syndicats jusqu’à la levée du mot d’ordre. Pis, en plus de leur salaire de la période de grève, le gouvernement envisagerait de sursoir à l’application du statut particulier qu’il avait pris pour montrer sa bonne foi.

Même si un lapsus, que ceux qui manipulent les enseignants ont tenté d’exploiter à des fins politiques, a fait dire à la directrice que les évaluations doivent se tenir avec ou sans les enseignants à la place des enseignants grévistes, il ne fait l’objet d’aucun doute que le gouvernement a opté pour le bâton après la carotte. A titre de rappel, sur les 18 syndicats d’enseignants, seulement 6 sont en grève. Cette situation n’affecte que la ville de Bamako.

Il se dit que la radiation des récalcitrants n’est pas à exclure dans ce dossier. Dans les jours prochains, ordre sera donné aux différents responsables des établissements de recenser les enseignants absents et qui seront par la suite considérés en abandon de poste. Pour compenser cette absence, les nouveaux sortants des IFM ainsi que les enseignants des écoles privées pourraient être mis à contribution pour surveiller et corriger les examens, avant une éventuelle intégration à la fonction publique en lieu et place des grévistes. Dans cette démarche, le gouvernement semble avoir le soutien de l’AEEM et des parents d’élèves en plus des centrales syndicales. Désormais, c’est le compte à rebours pour ceux veulent prendre notre école en otage. Il se dit que les responsables du collectif qui enseignent dans les écoles privées pensent peu aux autres. La base est avertie, elle ne pourra pas dire qu’elle n’est pas au courant !

A suivre !

Mariam Haidara

Laisser une reponse