Festival Culturel Dogon : une première plus que réussi

C’est du 29 au 31 janvier que s’est étendu la première édition du festival de la culture dogon dans la capitale sur la berge  du fleuve Niger, ancienne place du monument du cinquantenaire à Bamako avec un programme aussi riche que varié alliant tradition et modernité. . Le festival a été organisé par l’association Ginna Dogon et placé sous le parrainage du ministre de la culture, de l’artisanat et du tourisme, Mme N’Diaye Ramatoulaye Diallo.

02

L’organisation de ce festival, destiné à faire connaitre la culture dogon par les autres couches sociales,  a été initiée par les membres de la commission technique des cadres (CTC de Ginna Dogon). En effet, le bureau national a toujours souhaité organiser des manifestations culturelles majeures  en vue de mieux faire connaitre sa culture.

 

A travers un spectacle riche en couleur les participants à cette première édition ont eu l’occasion de découvrir la culture très riche et fascinante dogon. Et cela avec la danse, les chants des concerts live, l’exposition d’objets d’arts, des défilés de mode valorisant les habits traditionnels  mais aussi une découverte des mets Dogons. Le Mali est un pays très riche sur plan culturelle. Cette multi culturalité demeure notre force. C’est ce que Mory Soumano présentateur d’une émission culturelle sur la chaine nationale a voulu nous expliqué : « L’objectif  est de montrer les pans de la culture Dogon, compte tenu de la distance entre Bamako et les villages Dogons, Koro, Bandiagara, Bankass. Par ailleurs, avoir le festival Dogon dans la capitale permet à la jeune génération de connaitre la culture dogon. Avec Organisation de ce festival les Dogons nous  montrent, qu’ils  aiment beaucoup leur culture. C’est à travers ces spectacles que nous pouvons valoriser notre savoir-faire. Nos tisserands, nos tailleurs et notre filature puisse c’est à partir du coton que nous cultivons, que sont fabriqués nos boubous. C’est donc très important »

06

Par ce festival, l’association  GINNA DOGON participe à la  consolidation de la paix et le retour d’un développement durable par l’interpénétration culturelle. Aussi, il a été un lieu de grand rendez-vous de la promotion des artisans et artistes frères, voisins et cousins des Dogons que  sont les Bozo,  sonrhaïs, peulhs, arabes, tamasheqs, etc.

08  05

Bintou DIABATE

Laisser une reponse