Grand Forum du Mandé : La recherche de la paix et du vivre ensemble célébrée avec faste

IBK-Sommet_de_Transform_Africa-001

Le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita, parrain de l’évènement, a ouvert le 13 janvier 2018, au Palais des sports Salamatou Maiga de l’Aci 2000, les festivités de la première édition des Journées  culturelles du Mandé (JCM), initiée par le Grand Forum du Mandé (GFM). C’était en présence du ministre des affaires religieuses et du culte, Thierno Amadou Omar Hass Diallo, représentant le ministre de la culture, non moins marraine de l’activité, des illustres personnalités (présidents d’institution de la République, autres membres du gouvernement, du corps diplomatique, des partenaires techniques et financiers, Minusma), des pays venus de l’espace du Mandé, dont la Guinée. Lesdites journées culturelles (13 et 14 janvier) portaient  sur le thème : «les atouts et potentialité économiques du Mandé».

Ce forum, déclare d’entrée le président du GFM, Mamadou Lamine Diarra, est fait pour magnifier et partager avec l’universel, les valeurs de l’humanité soudanien édictées à Kurukanfuga, comme sceau indélébile de notre identité culturelle, vecteur de l’intégration sous régionale. Le forum en somme, dit-il, est un appel, un cri de cœur des sages du Mandé. Face  à la double crise sécuritaire et institutionnelle du Mali, ils ont décidé de le mettre sur les fonds baptismaux, explique le Mamadou Lamine Diarra,  pour apporter leur contribution sur les questions d’intérêt national et local. D’où, souligne- t-il, ces journées culturelles  pour permettre aux participants du Mali de savourer la diversité et la richesse du folklore du Mandé ; découvrir la vitalité et le génie artistique des mandénkas.

Les journées, dit le président du GFM, ont été aussi des conférences suivies de débats sur des thèmes d’intérêt national.

Comme sur le sujet sur la  charte de Kurukan Fuga, patrimoine immatériel de l’humanité, un exemple de thème fédérateur qui nous invite à interroger  notre  passé et y puiser l’inspiration nécessaire pour une meilleure gestion des crises multiformes et multidimensionnelles du moment. Il y a eu aussi le thème femme paix et développement qui est à leurs yeux est un sujet important  qui mettra en évidence le rôle important  de la femme tant dans la stabilité et la prospérité de la famille, cellule sociale de base que dans la recherche de la paix et le développement à l’échelle du pays. Les journées, indique M.L. Diarra, c’était également l’occasion de vendre l’image du mandé pour y attirer les investisseurs nationaux et étrangers.

Le président de la République a félicité les initiateurs du forum. «Qu’il y ait d’autres forum de ce genre pour que le Mali se relève plus», a déclaré IBK.

Le représentant de la délégation venue de la Guinée Conakry, Niamoye Diabaté, a salué la grande fraternité hors du commun du Mali à l’endroit de la Guinée au pire moment de  la crise sanitaire: Ebola. Hommage a été rendu aux soutiens dont Toguna Agro industrie, EGK, Ager, sans lesquels le forum n’allait pas lieu. Et des hommages aussi ont été adressés à des portes étendards de la culture du Mandé. On cite entre autres, Siramody Diabaté, Baladjimba Diakaté, Wa Kamissoko, Kélémonzon Diabaté, Bako Dagnon. L’un des moments phare a été l’exécution de l’hymne national du Mali par les instruments traditionnels de Kita (tam-tam, Balafon, tambour) qui a été fortement appréciée par la salle.

H.B. Fofana

Laisser une reponse