Mosquée de Ouolofobougou : La succession du défunt Imam divise les fidèles

coran

Un problème de leadership oppose les fidèles musulmans de la mosquée de Ouolofobougou. Après le décès de l’imam Seydou Tall, le choix de son successeur oppose les fidèles, selon des témoignages recueillis à Ouolofogou. Pour trouver un successeur, le nouvel Imam mis en scelle sur proposition du chef de quartier est contesté par certains. Selon un vieux du quartier rencontré à Ouolofobougou, les tentatives de conciliation des autorités et du Haut Conseil Islamique de la commune III auraient échoué.

Après le décès de l’imam de la dite mosquée Seydou Tall, certains fidèles du quartier ont pensé que c’était son adjoint (celui qui dirigeait la prière quand l’Imam n’était pas là) du nom de Ibrahim Diallo qui serait désigné pour le remplacer. Mais d’autres portaient leur choix sur une autre personne pour le remplacer.

Le chef de quartier Birama Siré Fadiga aurait proposé un fidèle du nom de Cheick Tidiane Tall, pour remplacer le défunt Imam. Cela n’a pas été du choix de certains, qui veulent faire entendre leur voix à travers la presse, tout en gardant l’anonymat. Ils soutiennent qu’ils ne peuvent prier derrière un inconnu, soutenant qu’ils ignorent tout du nouvel Imam.
Face à la tension qui couvait les éléments du premier arrondissement sont intervenus pour boucler la mosquée, nous dit notre interlocuteur de Ouolofobougou. Entre temps, les efforts du président du Haut Islamique de la Commune III Alou Tabouré, seraient vains pour les réconcilier. Et chaque camp pense détenir la vérité, un véritable dialogue de sourd s’est installé entre les deux camps.

Pour le chef de quartier Birama Siré Fadiga que nous avons rencontré, cette affaire liée au remplacement de l’imam est close. Le nouvel Imam a été intronisé et l’autorité municipale lui a donné son quitus pour diriger la mosquée.
A titre de rappel, le même problème a éclaté au Badialan III après le décès de l’imam Mamadou Coulibaly. Son adjoint Souleymane Sylla devrait logiquement prendre la relève, mais était contesté par une partie des fidèles. Finalement après des semaines de tension, les ardeurs se sont calmées. Et Sylla a été intronisé imam titulaire sous la houlette du Haut conseil Islamique et de l’AMUPI.

Moussa Samba Diallo

LE REPUBLICAIN

 

Laisser une reponse