Pakistan : l’ancien directeur de l’école turque et sa famille kidnappés

Mesut_kacmaz_famille

L’ancien directeur de l’école PakTurk au Pakistan, Mesut Kaçmaz, et sa famille ont été enlevés à Lahore mercredi, a rapporté le Daily Pakistan. Kaçmaz et sa famille étaient restés à Wapda Town, à Lahore, pour obtenir un certificat de demandeur d’asile du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) après que les autorités pakistanaises ont demandé en novembre 2016 au personnel turc des écoles de quitter le Pakistan à la demande de la Turquie.

Fatih Avci, un enseignant qui a également été enlevée puis libéré, a déclaré que l’incident avait eu lieu à 2h du matin et qu’ils avaient été recueillis par une quinzaine de policiers. « Ils poussaient pour les arrêter. J’ai vu Mme Meral, la femme de M. Mesut, allongée sur le sol et deux policières essayaient de la tirer pour la remettre debout. Les deux filles adolescentes du couple pleuraient fort et d’autres ‘policiers’ essayaient de pousser M. Mesut, qui protestait contre le raid, vers la porte. Quand j’ai vu le traitement disproportionné infligé à Mme Meral, j’ai protesté, les ‘officiers’ m’ont arrêté et m’ont emmené », a-t-il poursuivi.

Emmené avec les autres dans un endroit qui ressemblait à une maison d’hôtes, Avci a été relâché après que les policiers ont constaté que son « nom ne figurait pas sur la liste ». « Nous sommes des enseignants ordinaires et être soumis à un traitement aussi révoltant comme si nous étions des criminels est épouvantable. Je ne sais pas qui sont ces personnes et à quelle organisation elles appartiennent », a-t-il ajouté.

Le Daily Pakistan a indiqué que l’intervention aurait pu être menée par le service de lutte contre le terrorisme, selon le rapport de la police. Le HCR, saisi, a indiqué suivre étroitement l’affaire.

Créées par la Fondation PakTurk, les 28 écoles comptent 11 000 élèves et sont réputées pour leur excellence. Un article du New York Times en mai 2008 louait l’impact de ces établissements au Pakistan.

Le bras long d’Erdogan

Les autorités pakistanaises avaient ordonné à son personnel de quitter le territoire avant la visite du président turc Recep Tayyip Erdogan en novembre 2016. Celui-ci estime en effet que le Hizmet, ce mouvement initié par Fethullah Gülen, est derrière la tentative de coup d’Etat du 15 juillet 2016 ce que dément le religieux, installé en Pennsylvanie.

Mustafa_Emre_georgie
Mustafa Emre Cabuk, le principal du collège Demirel

Erdogan n’hésite pas à accentuer la pression sur d’autres pays pour obtenir la fermeture ou le transfert des écoles fondées par des partisans du Hizmet. Parallèlement, les demandes d’extradition voire des cas d’enlèvements se sont multipliés à l’étranger. En Géorgie, Mustafa Emre Cabuk, le principal du collège Demirel, a été envoyé en détention le temps de l’examen de la demande d’extradition. La Malaisie a renvoyé, en mai, à Ankara les enseignants Turgay Karaman et Ismet Özçelik ainsi que l’entrepreneur Ihsan Aslan.

Le 24 mars 2017, le Wall Street Journal avait dévoilé une réunion qui avait eu lieu en septembre 2016 entre le gendre d’Erdogan et ministre de l’énergie, Berat Albayrak, le ministre des affaires étrangères Mevlüt Cavusoglu ainsi que l’ancien conseiller du président américain Donald Trump, Michael Flynn, lors de laquelle l’enlèvement de Gülen aurait été évoquée.

TURQUIEPLUS.FR

Laisser une reponse