PMU – Mali : Le dossier des fraudeurs de tickets transmis à la justice

pmu petit

Les responsabilités semblent avoir été situées au Pari mutuel urbain (PMU- Mali) pour les cas d’enrichissement illicite et de vol au détriment de la société des paris, des parieurs et du gouvernement malien. A l’origine, des fraudes sur des tickets, la mise en vente des tickets parallèles, faux et usage de faux. Le conseil d’administration de la société des paris au Mali aurait décidé de poursuivre les contrevenants des lois qui régissent son institution. Selon nos sources, c’est 34 personnes qui sont intéressées par ces poursuites qui interviennent après l’application de la machine numérique au Mali.

On se rappelle du scandale créé par la vente des tickets parallèles au Mali à l’origine de la baisse de la masse à partager. Paniqués par la découverte d’une telle supercherie, certains revendeurs avaient préféré prendre la poudre d’escampette. Il s’agissait d’un réseau organisé en une véritable chaine de vols. La pratique consistait à mettre des tickets parallèles sur le marché en omettant volontairement de verser la manne financière dans la comptabilité générale et les tickets frauduleusement introduits dans le décompte, les fraudeurs ou acteurs étant juges et parties à la fois. D’autres cas simplifiés mettaient en scène des agents chargés de remplir des tickets une fois l’arrivée connue. Ce sont des tickets qui arrivaient gagnants dans l’ordre, le désordre, en CC, en TM, que sais-je encore ?

En somme, si le revendeur de tickets, le contrôleur, le superviseur et l’agent de traitement coopèrent ensemble dans ce genre de détournement, la société à long terme n’avait d’autre sort que dépérir, relais vers sa faillite. C’est ce qui explique que récemment l’ordre ne payait pas à fortiori le désordre. Les cagnottes des prieurs étaient empochées par une poignée d’individus sans foi doublés de malhonnêteté et qui faisaient la pluie et le beau temps sur le dos de paisibles et loyaux parieurs. On sait aussi que l’ancien DG a pris la main dans le sac des tricheurs. Ce sont ces personnes qui opèrent parfois dans les hautes sphères du PMU et mécontentes de l’avènement de la machine numérique.

Pour protéger les intérêts de l’ETAT et des parieurs, des instances ont demandé à qui de droit la transmission des dossiers à des structures judiciaires. Le procès en couveuse des malfrats qui sévissent dans les rouages du PMU-Mali serait prévu dans les semaines ou mois à venir selon nos informations sauf retournement de dernière minute pour d’autres impératifs dans le dossier.

En attendant, le conseil d’administration du PMU entend aller jusqu’au bout pour traquer les fraudeurs et servir d’exemple afin que les parieurs puisent vivre en symbiose comme leurs homologues du Sénégal, du Burkina ou de la France.

Issiaka Sidibé

LE MATINAL

Laisser une reponse