Protection Civile : La Cellule de veille inondations et catastrophes explique ses missions aux médias

Innodations

 

Dans le cadre de la gestion des inondations et des catastrophes en cette période hivernale, la cellule de veille en la matière rattachée au ministère  Sécurité et de la Protection Civile a présenté, le lundi 17 juillet 2017, ses missions aux hommes de médias à la faveur d’un point de presse animé par son chef, Commandant, Abdramane Bagayoko.

Rappelons qu’à la suite des inondations du 28 août 2013, les services de protection civile ont enregistré 56 cas de pertes en vies dont 2 portés disparus et d’importants dégâts matériels dans les communes I et IV du district de Bamako. Cependant, il convient de noter que ces inondations ont fait en somme près de 6240 ménages sinistrés et 613 maisons écroulées. La gestion de ce sinistre a été émaillée d’incoordination et de duplication dans les réponses.

Les réponses (abris, vivres et non vivres) ont été apportées par le Gouvernement à travers les ministères sectoriels et les partenaires comme les ONGs. Pour mieux cadrer ce domaine d’intervention, a expliqué le conférencier, Abdramane Bagayoko, le ministère de la Sécurité et de la Protection Civile a mis en place une cellule de veille inondations et catastrophes pour servir d’instrument d’aide à la décision et coordonner la gestion des inondations sur l’ensemble du territoire national.

Selon lui, cette cellule intervient suivant deux modes opératoires dont le mode activé allant du 1er juin au 31 octobre et le mode veille qui s’étend sur le reste de l’année. A en croire, la cellule est logée au sein de la cellule de coordination des opérations du ministère et les contacts de sa salle de crise dont le vert est : 80001111 et le fixe est : 20719786. Les numéros verts de la protection civile : 80001201 joignable uniquement par le réseau Malitel, de la police secours : 80333 ou 80001115, de la gendarmerie : 80001114.

Selon M. Bagayoko, les missions de la cellule sont, entre autres, la collecte d’informations sur les cas d’inondations enregistrées sur l’étendue du territoire national et de rendre compte au ministre à travers des bulletins de renseignement quotidiens. Par ailleurs, il a rappelé que du mois de juillet au mois d’octobre 2015, la cellule a enregistré : 31 alertes, 29 décès, 8 blessés et d’importants dégâts matériels. Du mois de juin au mois d’octobre 2016, elle a enregistré : 30 alertes, 12 décès, 4 blessés et d’importants dégâts matériels.

Les localités touchées du 1er juin au 17 juillet 2017 : Zantiguila (Dioila) le 14 mai 2017, Bla (Ségou) le 27 mai 2017, Gossi et Ouimerden (Gourma Rharous) le 17 juin 2017, Echell (Goundam) le 17 juin 2017, Dioulabougou (Niafunké) le 17 juin 2017, Moussala et Dickocore (Kayes) le 22 juin 2017, Falou et Sountiana (Nara) le 6 juillet 2017, Bamako 15 quartiers touchés le 10 juillet 2017, Bamako (Sotuba, Banconi et Hypodrome) le 14 juillet 2017.

Moussa Dagnoko

LE REPUBLICAIN

Laisser une reponse