REGION DU LIPTAKO-GOURMA : La Fondation Konrad Adenauer en guerre contre l’insécurité alimentaire

nutriton

Sur financement de la Fondation Konrad Adenauer dans le cadre de son programme « prévention des crises par la promotion des principes de bonne gouvernance dans le secteur de la sécurité alimentaire : un seul monde sans faim » s’est tenu à Dori au Burkina Faso du 5 au 6 avril derniers, un atelier transnational. L’atelier a réuni 40 personnes de profils divers, dont cinq femmes. Les participants sont venus du Mali, du Niger et du Burkina Faso. Le thème de l’atelier était l’instauration des dynamiques multi-acteurs autour de la gouvernance dans la sécurité alimentaire et nutritionnelle au Liptako-Gourma.

 

La cérémonie d’ouverture était placée sous la présence du gouverneur de la région du Sahel, et quatre discours ont été prononcés. D’abord les mots de bienvenue du 1er adjoint au maire de la Commune de Dori, suivi par l’intervention de la coordonnatrice régionale du projet « un seul monde sans faim » de la Fondation Konrad Adenauer. Après l’allocution du représentant du ministre secrétaire exécutif de l’autorité du Liptako-Gourma, le discours d’ouverture du conseiller technique du gouverneur de la région du Sahel (Dori) a ouvert les travaux.

Il s’agissait, pour la Fondation Konrad Adenauer, à travers cet atelier de faciliter, entre autres, la dynamique multi acteurs dans la région du Liptako-gourma à travers la mise en place d’un cadre de concertations des différents acteurs pour la prévention des crises alimentaires et nutritionnelles. Aussi amener les acteurs à identifier les initiatives locales de sécurité alimentaire au sahel en général et dans le Liptako-Gourma en particulier.

La première journée a été marquée par la présentation de quatre communications suivies des débats. Dans le cadre des débats, des expériences ont aussi été partagées.

A la deuxième journée, les travaux ont démarré par l’adoption du rapport de la journée précédente et de la synthèse des communications par les participants. Il y a eu aussi la synthèse analytique des expériences présentées par Augustin Cissé modérateur.

La réflexion a été lancée sur la mise en place d’un cadre de réflexion notamment sur des questions comme le champ d’intervention, la structuration possible, les modalités de rencontres et le portage institutionnel de la dynamique, entre autres.

L’atelier a été sanctionné par une cérémonie de clôture qui a enregistré la présence des autorités politiques et coutumières de la Commune de Dori.

Oumar B. Sidibé, de retour de Dori au Burkina Faso

 IR

Laisser une reponse