Revue 2017 du Schéma directeur de la statistique : Réorienter l’agenda de la statistique pour des résultats positifs

malisnews

 

Les travaux de la neuvième session de la revue annuelle du Schéma directeur de la statistique (SDS), édition 2017, ont débuté hier au Conseil national du patronat malien (Cnpm) à travers sa composante session technique, sous la présidence du Ministre de l’Aménagement du territoire et de la population, Adama Tiémoko Diarra. A ses côtés, le directeur général de l’INSTAT (Institut national de la statistique), Harouna Koné, le représentant des PTF (partenaires techniques et financiers), Mantala Traoré. Il s’agissait pour les acteurs du système statistique national (Ssn) de faire un bilan rétrospectif des activités menées au cours  de l’année écoulée et de proposer, pour les années à venir, des pistes de solutions aux problèmes qui se sont  greffés aux plans d’action de nos structures respectives. Occasion donc de réorienter leur agenda de travail en vue de l’inscrire perpétuellement dans la dynamique de quête de résultats probants.

Selon le Dg de l’Instat, Harouna Koné, «la revue  représente un forum de discussion  entre producteurs et utilisateurs de statistiques publiques. Elles ont l’avantage de nous permettre d’évaluer régulièrement le niveau de mise en œuvre du document de stratégie de développement de la statistique  (Sds) et d’établir le bilan des activités réalisées par chacune des structures du système statistique national. Elles servent aussi d’opportunité de révision de nos programmes d’activités statistiques pour les prochaines années, de sorte qu’à l’horizon 2025 nous ayons un système statistique national «performant, disposant d’un cadre légal et organisationnel adapté et des ressources adéquates, à même de produire, analyser et diffuser des données de qualité couvrant les besoins des différents utilisateurs»», déclare le Dg.

Pour le représentant des Ptf, Mantala Traoré, en dépit des efforts fournis, les défis restent énormes pour parvenir à un système statistique performant, autonome et respectant les exigences du moment. Parmi ces défis, dit-il, le coût élevé de l’activité statistique au Mali, le faible niveau de coordination entre les acteurs du système statistique et l’insuffisance des ressources qui limitent sérieusement l’atteinte des résultats escomptés et met à mal toutes les initiatives visant à développer le secteur.

A cela, ajoute, le représentant des Ptf, le faible niveau d’utilisation de l’information statistique dans la planification et la conception de vision stratégique de développement. «Pour contribuer à relever ces défis, les Ptf de la statistique devraient renforcer leur appui à l’Instat et aux autres structures pour les années à venir à travers un programme de construction de capacités nationales», a-t-il. Avant d’ajouter que l’adoption de la loi n°2016 005 du 24 février 2016 régissant les statistiques  publiques et la mise en place d’un fonds national de développement de statistique, peuvent permettre au Mali d’honorer  ses engagements dans le cadre de la mie en œuvre des recommandations de la charte africaine de la statistique et faciliteront la conduite d’activités statistiques sur le terrain. Il a assuré le soutien des Ptf  afin de faire du secteur de la statistique un joyau performant de production de données fiables et à jour.

Depuis 2010, la revue du Sds est organisée chaque année en deux sessions: une session technique et une session politique. La présente est technique. Elle regroupe du 15 au 16 mai 2017, les différents responsables des structures techniques centrales et déconcentrées du système statistique national. De même que les représentants de collectivités territoriales, du secteur privé, de la société civile et des Ptf.  Les recommandations issues des deux jours de discussions, ajoute le Dg de l’Instat, animeront les discussions de la session politique qui est programmée au 22 mai prochain. Durant les deux jours donc, les participants aborderont entre autres, le suivi des recommandations de la revue 2016, la présentation et l’analyse du bilan 2016 du Sds, des communications, les programmes 2017 et 2018 et le programme indicatif 2019-2020.

Hadama B. Fofana

LE REPUBLICAIN

 

Laisser une reponse