Sensibilisation de la jeunesse africaine pour sa souveraineté politique et monétaire : Kemi Seba à Bamako pour pourfendre le FCFA

fcfa

L’activiste, panafricaniste et le leader du front anti-CFA Kemi Seba était à Bamako dans le cadre de la réception d’un prix acquis pour son combat en faveur de la lutte contre l’appauvrissement du continent. Il a, lors d’une conférence de presse animé à la maison de la presse le samedi 15 juillet,  pourfendu le franc CFA monnaie qui, selon lui, fortifie la domination de la France sur les Etats africain et est source de la paupérisation des pays qui l’utilise.

Kemi Seba est connu pour son franc parlé et son ardent désir pour l’autonomisation de l’Afrique dont certains pays végètent toujours  dans la misère malgré des indépendances fictives.  « La lutte pour la souveraineté politique, militaire et monétaire de l’Afrique relève de l’implication de tous les fils du continent et nous appelons tous à jouer pleinement leur partition pour l’indépendance politique, militaire et économique de l’Afrique », a déclaré Kemi Seba.

Selon lui, l’utilisation du franc CFA par la majeure partie des pays de l’Afrique occidentale et de l’Afrique centrale est la preuve palpable de la « domination de la France sur ces territoires dont les présidents ne sont que des marionnettes de la France. » Il a invité les africains à prendre en charge leur destin car à ses dires personnes ne viendra changer l’Afrique en la place des africains et pour ce changement, il s’avère nécessaire de s’attaquer en la racine du Mali et non le mal lui-même, affirme-t-il. « La plupart des présidents africains sont des marionnettes de la France », explique le franco-Béninois.

Kemi Seba a fait l’autopsie des conséquences alarmantes de l’utilisation du franc CFA par les pays africains tout les conviant à créer leur propre monnaie afin d’acquérir leurs indépendances économique et de jouir des avantages qui s’y attachent. « Cette décision courageuse ne viendra jamais des pseudos chefs d’Etats qui méritent plus le titre de gouverneur que de chef d’Etat vu les actes qu’ils posent à longueur de journée au lieu de contribuer à l’essor de leur peuple», déplore-t-il.

Concernant l’indépendance militaire du continent, Kemi Seba répugne  la présence de l’armée française sur le sol malien et trouve que  le Mali est un bon terrain pour ces genres de sensibilisation. « La jeunesse africaine doit prendre sa destinée en main, il faut qu’elle devienne acteur principal pour la construction de son devenir et cela passe par l’indépendance politique, économique et militaire de l’Afrique. Il faut insuffler un nouveau souffle en cette Afrique qui a tant saigné. La solution est entre les mains de la jeunesse africaine et elle doit rendre sa destinée en main.

Moussa Samba Diallo

LE REPUBLICAIN

Laisser une reponse