Victime d’escroquerie : Rawlson Antony Prince court toujours derrière ses 138 millions de FCFA

fcfa

Obinna Théophilus Ezeonye de nationalité Burkinabé et Obrien James Onukwuru de nationalité Nigériane ont été condamné au Mali pour escroquerie à 17 mois de prison le 21 décembre 2015 par le tribunal de grande instance de la commune VI de Bamako. Celui qui a été escroqué à hauteur de 138 075 000 FCFA est un Britannique en la personne de Rawlson Antony Prince. Mais le hic dans tout cela est que les accusés ont déjà purgé leurs peines, puis, libérés par les autorités judiciaires sans pour autant verser un seul copeck au requérant. Lors d’une conférence de presse qu’il a animée le samedi 21 janvier 2017, Rawlson Antony Prince a déploré la libération des accusés sans le payement de son argent. Et il promet de tout mettre en œuvre pour rentrer dans ses droits.

Lors de sa rencontre avec la presse, le conférencier a narré les faits. Courant le mois de Février 2013, Rawlson Anthony Prince fut contacté par Obinna Théophilus Ezeonye et Obrien James Onukwuru sur internet. Lors de leurs échanges à travers les courriers électroniques, les deux individus font croire à Rawlson l’existence d’un fonds qui proviendrait d’une société de pétrole que leur grand père gérait dans le temps au Burkina Faso.

Ainsi pour faire adhérer Anthony Prince à leur projet, Obinna Théophilus Ezeonye et Obrien James Onukwuru lui proposèrent une procédure qui allait lui permettre de toucher les fonds auprès de l’Etat Burkinabé. Pour ce faire, Anthony devait remplir certaines conditions pour faciliter le déblocage des fonds.

Invités au Burkina Faso par les deux individus, Rawlson Anthony effectua deux voyages, et suite à leur rencontre, il leur remit successivement la somme de 50.000.000 FCFA, celle de 28 000.000 FCFA et celle de 23.000.000 FCFA, ainsi que diverses sommes d’argent et d’objets de valeur, tantôt pour la constitution des dossiers, tantôt pour acheter des cadeaux aux fonctionnaires de l’Etat qui devaient traiter le dossier.

Dans cette entreprise, ils parviennent à soutirer la somme de 138.075.000 FCFA et des objets de valeur servant de cadeaux notamment Cinq tablettes, deux téléphones portables Galaxy, deux téléphones lpad, quatre ordinateurs, une montre de marque Bradly, une chaine, deux bagues et un bracelet en or.  Obinna et Obrien proposèrent par la suite à Rawlson la création d’une société dont les frais s’élevaient à 15.000.000FCFA au Burkina Faso.

Quelques temps après, ils ont convaincu Anthony de venir au Mali pour poursuivre la procédure avec le motif que les taxes assimilées à la création d’entreprise étaient trop élevées au Burkina. C’est ainsi que courant février 2014, les deux individus et Anthony se rendirent au Mali, précise le tribunal de la commune VI de Bamako.

Selon le conférencier, c’est au Mali que ça été su que Obinna et Obrien sont des escrocs. C’est ainsi, dit-il, qu’ils ont été appréhendés, jugés et condamnés à 17 mois de prison le 21 décembre 2015 pour escroquerie par le tribunal de grande instance de la commune VI du district de Bamako.

Le mandat de dépôt des deux escrocs date du 1er septembre 2014. Mais le hic dans tout cela est que les accusés ont déjà purgés leurs peines, puis, libérés par les autorités judiciaires sans pour autant versé un seul franc à Rawlson. Rawlson a déploré la libération des débiteurs sans le payement de son argent.

En tout cas, il promet de tout mettre en œuvre pour rentrer dans ses droits. Et pour cela, il a le soutien de son ambassade au Mali.

Aguibou Sogodogo

LE REPUBLICAIN

Laisser une reponse